Ce n’est pas très « glam’chic » des savons au cochon…
mais c’est écologique et désopilant, non?

 

Je vais faire un p’tit détour factuel pour vous expliquer le cheminement du Jardin des Godibolles, vous êtes prêts?

 

 

En France:

  • 98% des produits consommés sont importés,
  • 2/3 des surfaces agricoles sont dédiées à l’alimentation animale (👉 majoritairement pour l’agro-industrie de la viande et ses intermédiaires: la production d’un kg de viande nécessite 3 à 4kgs de de céréales et oléoprotéagineux pour nourrir les animaux)

Un rapport de 2019 du sénat et celui de juin 2022 de la cour des Comptes sont assez pessimistes et critiques à l’égard des dispositions prises pour le soutien à l’agriculture biologique, très éloignées des ambitions déclarées de l’Etat.

Les promessess n’engagent que ceux qui y croient…

Seulement 13.5% des exploitations françaises sont en agroécologie (10% des surfaces agricoles nouvelles), le reste étant en « conventionnel » (sic). Sur ces exploitations en agriculture biologique, certaines produisent autre chose que des aliments essentiels (vin par exemple 🤫…la convivialité est essentielle mais l’alcoolisme, moins).

D’autre part, le Haut conseil de Santé publique définit une assiette « souhaitable » -qui favorise la santé et prévient de nombreuses maladies chroniques- avec très grossièrement:

  • réduction du sel, du sucre, de la viande, de l’alcool, des boissons sucrées #industrieagroalimentaire
  • augmentation des légumineuses, des céréales complètes, des fruits & légumes frais (donc non importés…‼frais ne veut pas dire froid‼)

L’étude ESTEBAN en 2014-2015 montre que 97% de la population française ne respectent pas cette recommandation pourtant simple et relativement accessible.

Et un truc assez désopilant encore pour qui aime l’étrange absurdité:

👉en France, on surproduit du sucre mais on le subventionne tout en lui offrant des dérogations pour poursuivre l’utilisation des néocotinoides (ces produits phytosanitaires assez dégueu qui participent au génocide des pollinisateurs)…on nuit pour quelque chose qui n’est pas vendu…on produit pour jeter, et on est aidé pour çà??🤔🤨

Si on remet tout dans l’ordre…la politique agricole est complétement déconnectée de la politique alimentaire et de santé, et sans aucun complexe. #bruxelles

Et çà, c’est sans évoquer les problématiques d’accès à la terre pour des « néo »agriculteurs et le coût sociétal de l’agriculture « conventionnelle ». Il paraît qu’une convention c’est un accord conclu entre deux ou plusieurs parties…j’ai comme l’impression que certaines parties ont plus signé que d’autres, non? #bruxelles

Des estimations montrent que lorsque vous achetez pour 100 euros de nourriture, il y a entre 80 et 150 euros de coût sociétal (environnement, santé…etc.).😣

👉On aide la production d’aliments que nous devons moins consommer (car ils favorisent l’apparition précoce de maladies chroniques mais rapportent gros à une minorité), et on tue dans l’oeuf de nombreuses initiatives par la difficulté bureaucratique et l’absence de « cases » prévues, tout en pointant du doigt les agriculteurs victimes (parfois très consentantes) des lobbys divers. C’est malsain, l’truc!

Et puis, on voit fleurir des conseillers, experts et écoles pour révolutionner et « manager » la transition agricole: on recommence avec les mêmes concepts anglicisés et écologisés, et on fait passer çà pour un changement de paradigme. #startupnation #greentech #tertiaire #creationdemploi #ego #direcequonnefaitpas #fairecequonneditpas 🤬

Revenons à nos cochons…🐖

 

 

1920:

le Français consommait en moyenne 7kg/an de légumineuses

1985: …

il n’en consommait que 1.4kg/an

S’il faut manger moins de viande, pourquoi faire des savons avec du cochon?

 

Et bien justement: parce qu’il faut en manger moins, mais de la bonne!

L’humain est omnivore malgré les combats stériles qui font rage entre gentils extrémistes vegans et méchants carnivores assoiffés de sang. Cela signifie qu’il a besoin d’aliments d’origine animale pour être en bonne santé. Il lui faut sinon des compléments alimentaires.

Alors, pour les enragés du barbeuc’, ça ne veut pas dire exclusivement de la viande, ça veut dire deux fois par semaine par exemple et aller vers l’assiette « souhaitable ».

D’autre part, certaines terres ne permettent pas de produire des végétaux nourriciers mais sont adaptées à l’élevage extensif qui contribue à l’entretien des espaces et à produire un aliment de haute qualité nutritionnelle.

En ce qui concerne le saindoux utilisé dans les savons Axonge, il provient d’un élevage extensif (agriculture biologique, plein air intégral) à moins d’une heure de la savonnerie.

Et vous savez quoi? Ce saindoux, avant notre collaboration, était jeté pour être incinéré…et l’éleveur paie pour çà.🙄

Il a donc une seconde vie pour être transformé en produit de première nécessité, en circuit court et par un procédé low-tech, tout en valorisant le terroir.

Comme dirait le prédateur carnassier du business pour tenter de vous la faire à l’envers: c’est donnant-donnant! 🤡

Oui parce que du côté des cosmétiques, c’est quand même l’effroi le plus total!

 

Au-delà de véhiculer l’image toujours aussi rose et sotte des femmes (👉l’industrie « mode-luxe-beauté-voyage-developpement personnel…etc. » ou comment passer subtilement du « sois belle, tais-toi et fais le ménage » à « sois belle, dis n’importe quoi, et consomme!! »!😋😁), aliénées à ce qu’attend d’elle le supposé homme parfait, pectoraux en avant exposant son trophée: l’impact environnemental est tout aussi effrayant alors que les solutions sont assez simples et accessibles…la peau a besoin d’être nettoyée, hydratée et protégée.  

👉 un savon et de l’huile, boire de l’eau, aller vers l’assiette souhaitable, bouger!

Pour le reste, il y a photoshop ou les filtres instagram.🤳

Conclusion: Se laver proprement, ça ne veut pas dire se laver aussi le cerveau!🤯😲

 

 

 

C’est dans cette optique que le Jardin des Godibolles est né: valoriser l’agriculture biologique tout en imaginant des débouchés utiles à ses co-produits et à moindre impact environnemental.

Et c’est la proposition des Ateliers du Moulin de poursuivre cette ligne directrice, tout en participant plus activement à la production d’aliments à haute valeur nutritionnelle ainsi qu’à la sensibilisation de la population locale à une alimentation favorable à la santé.

ça ne révolutionnera sûrement pas le monde, mais on aura peut-être l’impression d’avoir accompli quelque chose d’utile à petite échelle… et sans selfie!😉

 

%d blogueurs aiment cette page :